Actualités
 
Le 31-07-2008
Les premiers le long du Portugal, les « cassés » à La Corogne

 
La tête de la flotte a doublé le Cap Finisterre sans trop de casse, et navigue le long des côtes portugaises. Derrière, le coup de vent a laissé des traces. Les éclopés sont nombreux à s'arrêter au stand de La
Corogne pour réparer.
 
(A bord de Batojano 2, Sun Odyssey 49 i)
"L'ambiance en mer est plutôt Rock'n'roll !". A bord de Ty-Gwen IV, Christophe de la Bouvrie et Laurent Cottenet reprennent l'une des expressions favorites du regretté Christian Pressac pour désigner des conditions de mer et de vent musclées.
Il suffit pour s'en persuader de reprendre un florilège non exhaustif des mails ou appels radio reçus à bord du voilier direction de course, Batojano 2.
« Nous venons de passer deux heures à plus de 50 noeuds ! On a une voie d'eau et la grand voile est déchirée », se lamentent les Morbihannais Renaud Calicis et Jean-François Rengnet (Hanse Bretagne). En version plus humoristique, cela donne à bord de Milin 3 D (Pierre-Yves Demoulin et Yves Glemot, Dufour 425) : « Avec ce vent, on a été flashés deux fois, dans le Golfe de Gascogne et au Cap Finisterre ! ».

Et on ne compte plus le nombre d'avaries et d'arrêt aux stands à La Corogne. Citons ainsi le Sun Fast 36 Tomahawk (coulisseaux de grand voile cassés). Au hit parade des avaries, la grand-voile déchirée est sans conteste le tube de l'été de la Transquadra . C'est le cas à bord d'Air du Nord (Pierre de Groodt, A.35), SNSM Côte d'Amour (Dominique Bichon, Pogo 8.50), Avel (François Van Eetvelde, Patrick Bevernaege, Pogo 8.50), Constructions du Belon (Vincent Lemanchec, Erich Delnatte, A.35), etc.

Le long des côtes Nord du Portugal, Philippe Massu réussit la performance d'être en tête des solos, mais aussi des doubles. Le skipper du A.35 Equipages center poursuit son « sans faute » météo, préférant la
zone côtière ventée aux calmes de la route directe. « J'ai passé le Tourmalet en tête, nous a-t-il dit par téléphone après avoir doublé le Cap Finisterre. J'ai énormément souffert dans le coup de vent. Je n'ai
quasiment pas dormi depuis le départ pour cause d'avarie de pilote automatique ».

Philippe Massu a, pour le moment, creusé le trou, assez loin devant Jean-Pierre Kelbert (Léon, JPK 960)

En catégorie doubles, la situation est plus serrée en tête de la course. Les jeunes et talentueux quadras bretons Stéphane Névé et Jean-Baptiste L'Ollivier (Un monde qui bouge, A.35), désormais leaders, auront fort à faire avec les seconds, Jean-François et Nathalie de Premorel, auteurs d'une très belle course à la barre de leur Sun Fast 3200 Les Herbiers entreprises. D'autant plus que le rating est favorable au Sun Fast
dessiné pour la Transquadra. Le long suspense jusqu'à l'arrivée à Madère ne fait que débuter.

Jean-Marie Biette