Actualités
 
Le 29-07-2008
Une première nuit musclée

 
Le Golfe de Gascogne a réservé son visage des mauvaises nuits aux concurrents de la Transquadra. Des vents de Sud-Ouest d'environ 20 noeuds et une mer déjà formée ont cueilli à froid les équipages, avec un premier lot de fortunes de mer et de casse.
 
(A bord du Sun Odyssey 49 I Batojano)
Les vents étaient encore faibles lundi après-midi au large de Noirmoutier lorsque Laurent Ducheny a appelé Mico Bolo, directeur de course, en VHF pour lui signaler qu'il venait de « tomber de son mât ! ». La voix blanche et faible, le skipper du A.34 Merlin explique alors la nature de ses problèmes : « J'étais en tête de mât lorsque mon pilote automatique a décroché. J'ai heurté violemment une barre de flèche avec la nuque avant de tomber sur le pont de mon bateau ».
Nicolas Bazin, médecin et équipier à bord du bateau suiveur Odohana, établit le premier diagnostique : « les fortes douleurs cervicales de Laurent Ducheny nécessitent des examens plus approfondis et un transfert
dans un hôpital ».

Prévenu, le Crossa organise les secours. Dans la soirée, Laurent Ducheny à été hélitreuillé sur une civière et transporté au CHU de Nantes. La SNSM a pris en charge et remorqué son voilier jusqu'au port de l'Herbaudière à Noirmoutier.

Deuxième grosse frayeur dans la nuit pour les organisateurs de la course: Henry Bussery déclenchait vers 3 h la balise de détresse de son JPK 9.60 Zeta. Fort heureusement, la casse n'était cette fois-ci que mécanique. Le bateau, qui a perdu son mât, a été survolé au petit jour par un hélicoptère. Henry Bussery a fait savoir que tout allait bien. Il ne restait plus qu'à organiser le remorquage du voilier.

Dans ces conditions plutôt musclées de louvoyage dans des vents apparents oscillant entre 20 et 30 nouds, Philippe Massu tire sans surprise son épingle du jeu en menant le bal des solos. Au classement de 6h, ce mardi matin, il devançait de 0,4 milles un autre A.35 (Air du Nord, Pierre de Groodt). Suivaient ensuite Eric Lavalou (Morvran V, First 36.7) et Jean-Pierre Kelbert (Léon, JPK 960).

Chez les doubles, les premières places étaient occupées par des A.35. Ce sont les frères Croyere (Hey Joe) qui ont le mieux « tricoté » durant la nuit, un mille devant les Bordelais de Garance.

Cette première nuit musclée a également atteint le moral de plusieurs skippers, comme Frederic Ponsenard ou encore Antoine Kerdiles, qui ont indiqué leur intention d'abandonner. A bord de Batojano, Mico Bolo leur a prodigué le sage conseil de se mettre à la cape et de dormir avant de prendre toute décision. Sera-t-il entendu ?

Jean-Marie BIETTE