Actualités
 
Le 26-07-2008
DERNIERS PREPARATIFS ...

 
Mico Bolo, vous êtes directeur de course. Comment se présente la première étape, dont le départ sera donné lundi à 13h30 devant les jetées de Saint-Nazaire ?
 
La première étape Saint-Nazaire – Madère va être très tactique. Notamment durant la première partie de course dans le Golfe de Gascogne. Les concurrents vont devoir négocier des vents très faibles et une dorsale anticyclonique. C’est ce qu’il y a de plus difficile en course. Une fois le cap Finisterre (pointe Nord-Ouest de l‘Espagne) passé, les vents vont s’établir au Nord, en se renforçant à environ 20 nœuds.

103 concurrents au départ, c’est une grande première et un record ?

Cela montre le chemin parcouru depuis la première édition en 1993 avec 17 bateaux au départ. C’est désormais la plus grande transat en course européenne.

Pas trop difficile à organiser ?
Nous sommes une équipe de 20 bénévoles bien rodée. La plupart sont des fidèles et en sont à leur 6e édition. Mais c’est effectivement beaucoup de travail.

A commencer par la sécurité ?

Absolument, nous vérifions la conformité des bateaux aux nouvelles règles de sécurité RSO (offshore security regulation), plus contraignantes que par le passé. Nous vérifions aussi la conformité des concurrents à la jauge. Chaque bateau est en effet affecté d’un coefficient IRC, suivant, notamment, ses dimensions, celles de ses voiles, etc.

Au-delà du classement en temps compensé, il y aura aussi des courses dans la course ?

Oui pour trois séries de bateaux. Il y a ainsi quinze Sun Fast 3200 Transquadra, quatorze A.35 et douze Pogo 8.50. Cela promet des régates au couteau entre ces voiliers, très véloces.

Compte tenu du nombre de bateaux, deux départs vont être donnés lundi. Le premier à 13h30, puis à 14h30. Quels conseils donner au public pour voir les bateaux dans les meilleures conditions ?

Le mieux est déjà de venir les voir jusqu’à lundi dans le bassin. Jamais le port de Saint-Nazaire n‘a accueilli autant de voiliers. Lundi, les bateaux vont rentrer dans la grande écluse à partir de 10 h. Ensuite, le meilleur endroit pour voir la ligne de départ est certainement le Vieux môle. Ensuite, il y a les jetées du port, puis les plages, notamment Villès Martin, jusqu’à la Pointe de Chemoulin, où les bateaux vont devoir virer la bouée Christian Pressac.

Recueilli par Jean-Marie Biette